The Roots, le rap des aînés

Publié le par Philippe Deneuve

Avec onze albums à son actif, the Roots est un groupe d'une rare longévité. Aujourd’hui encore, il est à l'avant-garde du rap.

The Roots, le rap des aînés

And Then You Shot You Cousin, le onzième disque de The Roots, vient de sortir dans une totale discrétion. Pas de campagne marketing ni de tournée exclusive. C'est un album dense (33 minutes), tourné vers l'avenir, dont le titre fait référence à une rime du rappeur Krs-One. Comme Undun, leur précédent opus particulièrement réussi, c'est un album-concept, que le groupe présente comme un « Anti-Opéra Rap ». Ne croyez pas que The Roots n'ait jamais connu la gloire ; bien au contraire : « The Seeds (2.0) » et surtout « You Got Me », magnifié par la sublime Erykah Badu, sont des succès mondiaux.

The Roots, fondé à Philadelphie par Questlove et Black Thought, est connu pour enregistrer et se produire avec de véritables instrumentistes, d'où son style sobre, sans programmation envahissante. Ajoutons que depuis cinq ans, le collectif s'est fait connaître du grand public en étant le Backing Band du Talk Show de Jimmy Fallon sur NBC.

Ce dernier disque s'ouvre sur la version intégrale d' « In The Middle Of The Night », sublime ballade de Nina Simone, enregistrée pour le film du même nom. Le titre suivant « Never », est un morceau de Trip Hop au tempo lent, où s'épanouit la voix juvénile de Patty Crash, chanteuse irlandaise. Le groupe prouve une fois encore sa capacité à écrire des mélodies addictives. S'en suit « When The People Cheer » qui repose sur une boucle de piano obsédante, d'une noirceur romantique. À travers des micro-scénettes à portée sociologique, The Roots fait se croiser plusieurs personnages dans un récit décrit comme une satire des stéréotypes diffusés par la culture Hip-Hop.

Les autres plages sont un mix de toutes les influences afro-américaines. (Un groupe Black And Soul par excellence.) « The Devil » fait revivre la pianiste de jazz Mary Lou Williams, contemporaine de Charlie Parker, remasterisée pour l'occasion. « Black Rock » est plus enlevé grâce au rap soutenu de Dice Raw. Quant à « Understand », c'est un titre efficace et nerveux où dialoguent Dice Raw et Greg Porn. « The Coming », » , « The Dark » et « The Unraveling » sont, quant à elles, des productions délicates et feutrées, qui se caractérisent par une approche expérimentale : piano dissonant, arrangements sombres, propos désenchantés... Voilà comment The Roots dessine l'avenir du rap. L'album se termine sur un clin d'oeil joyeux avec « Tomorrow », hymne entêtant, qui s'achève sur un solo de piano, qu'on croirait sorti de l'imaginaire du très "hype" Robert Glasper.

The Roots est plus qu'un groupe de rap, c'est un groupe de Great Black Music qui absorbe toutes les musiques et rend hommage à ses ainés. Par sa culture et son expérience, il montre le chemin à une nouvelle génération perdue dans les affres de l'argent-roi.

"Un mix de toutes les influences afro-américaines" Philippe Deneuve

Commenter cet article