Quand une banque soutient le jazz

Publié le par Philippe Deneuve

Quand une banque soutient le jazz

La fondation BNP Paribas fête ses 30 ans. Depuis sa création elle a fait aboutir 300 projets culturels, 40 programmes de recherche et un millier d'initiatives sociales et éducatives. Elle s'engage à repérer des personnalités créatrices, des projets novateurs, qu'elle accompagne dans la durée. « Dès l'origine, la fondation s'est tournée vers la vie culturelle » souligne son Président, Michel Pébereau. Sur l'année 2014, elle a soutenu l'action culturelle à hauteur de 1,5 Million d'Euros dont 520 000 dédiés à la musique.

Elle n'apporte pas seulement une aide financière aux artistes choisis mais participe à leur promotion et leur diffusion. Ainsi, elle élargit l'audience des jazzmen via des partenariats avec le concours international de piano Martial Solal et les festivals « Jazz à Saint-Germain-des-Près », « North Sea Jazz Festival Rotterdam » et « Saint-Louis Jazz au Sénégal ». Depuis 1995, 21 musiciens et formations ont été soutenues et près de 60 CD et DVD édités.

En ont bénéficié Jean-Pierre Como, Jacques Vidal, Laurent Cugny pour sa Tectonique des nuages, les frères Moutin mais aussi le Paris Jazz Big Band ou Elisabeth Kontomanou. Emmanuel Bex, l'un des artistes parrainés estime que « Dans cette fragilité qu'on a, lorsqu'on est musicien, c'est extraordinaire. L'attention que la Fondation porte collectivement au travail de tel ou tel, en soi, est déjà un cadeau (…). Cela donne de la puissance pour continuer à imaginer que les choses sont possibles. »

Cette année, Baptiste Trotignon, Emmanuel Bex et Tygran Hamasyan bénéficieront du soutien de la fondation et se produiront dans divers lieux. La programmation prévoit par ailleurs une soirée Jazz pour le Samu Social de Paris.

Initiée et théorisé par Jacques Rigaud, ancien Conseiller d'Etat à la tête d'Admical, le mécénat d'entreprise a de beaux jours devant lui. Il contribue à donner plus d'humanité à des institutions dont l'image est jugée austère. Et s'emploie à soutenir des artistes qui, on le sait, sont souvent seuls dans la création. Une initiative qui mérite d'être rappelé.

Commenter cet article